Mythique Zanzibar

Zanzibar, le nom a lui seul fait déjà voyager… J’avais envie depuis longtemps de découvrir cette ile aux plages paradisiaques , aux lagons transparents et d’arpenter les plantations d’épices.

Petit repère géographique & historique : nous sommes sur les cotes de l’Océan Indien, a une quarantaine de kilomètres de la capitale Tanzanienne Dar es Salaam.  l’île fut gouverné par le sultanat d’Oman entre 1698 et 1861, en 1890 puis elle passe sous protectorat Britannique jusqu’à son indépendance en 1963.

Le mélange des cultures est donc fort : Afrique, Europe, Arabie sans oublier un petit soupçon de culture  Indienne.

L’île a été fortement marquée par la traite des  esclaves. Pendant des siècles, Zanzibar développe ce commerce destiné à ravitailler en main d’œuvre ses plantations de girofliers et de cocotiers mais surtout à exporter des esclaves vers tous les États du golfe Persique. Il faudra attendre le XIXème siècle avec l’arrivée des Britanniques pour que  ce commerce prenne fin.

Mais revenons en a mon voyage…

Après trois atterrissages  : Paris -> Addis-Abeba -> Dar-Es-Salaam-> Zanzibar nous voici sur le tarmac de l’aéroport. Pas d’infrastructures déshumanisés  ici : nous récupérons nos bagages dans les mains du bagagiste lui même. Nous sommes bien dans un autre monde !

Nous avons choisi une formule « en liberté » du voyagiste Huwans : les transports dans l’île sont inclus et nous avons quelques visites comprises. Le reste du temps est libre : c’est la formule idéale pour cette destination.

Le transfert vers Stone Town (la capitale et seule ville de l’île) est rapide.  Nous en profitons pour avoir un premier aperçu de cette superbe ville : vieux fort, palais des merveilles sans oublier les superbes portes a chaque coin de rue !

Le lendemain matin, nous prenons la route pour la cote nord . En route, nous visitons le Mahurubi Palace, palais d’un des sultans de Zanzibar et nous nous arrêtons également a coté d’un chantier de  fabrication des Dhows, les bateaux traditionnels de l’île. Un vieil artisan nous accueille les bras ouverts et nous fait partager son amour du travail bien fait.

023-Chantier-dhows

La suite du transfert nous donne un petit aperçu du pays, cela grouille de monde, nous doublons des vélos, des dalas-dalas bondés (taxis collectif), des enfants en uniforme qui reviennent de l’école, puis c’est la  forêt jusqu’à arriver sur la  plage paradisiaque de Nungwi au bord de laquelle se trouve notre hôtel. Nous resterons ici 2 nuits.

La journée du lendemain sera rythmée par une plongée pour admirer les fonds marins, des baignades, une sieste dans  un hamac au bord de l’eau… Un paradis terrestre.

Notre guide est de retour, en effet nous partons aujourd’hui pour la cote Est.  Arrêt au passage pour un  « tour des épices » : clous de girofles, cannelle, vanille,  muscade, poivre, cumin, gingembre, cardamone mais aussi le cacao et café. Un émerveillement des sens !

Arrivée a notre hôtel sur la cote Est.

Nous décidons d’aller nous balader au bord de la plag067-Plage-de-Nungwie  : les femmes récoltent des algues, les enfants jouent.  Nous nous posons au bord de l’eau et attendons le coucher de soleil …

Après deux journées  de détente dans ce lieu hors du temps, nous reprenons la route pour la capitale avec un arrêt au passage dans foret de Jozani. Nous admirons des colobes roux (très habitués aux touristes), espèce de singe endémique à l’île puis nous allons nous balader en forêt humide pour observer la végétation.  Arrivée en fin de journée à Stone Town.

Notre découverte de la ville commence par le vieux fort Arabe, puis visite de la maison des merveilles, l’ancien palais des sultans.  Moment d’émotion lors de la visite de la cathédrale Anglicane situé dans l’ancien marché aux esclaves.  Après un déjeuner au bord de l’eau, nous nous rendons au marché aux poissons (très odorant) puis nous terminons la journée en a arpenter les ruelles  de la vieille ville et de ses habitants.

Il est déjà temps de rentrer en France , nous quittons avec regret cette ile emprunte d’une atmosphère si particulière.

Lecture

  • Mémoire d’une princesse arabe – RUETE Emily, née Princesse d’Oman et de Zanzibar

 

2 commentaires

  1. J’ai bien aimé visiter Zanzibar au terme d’un safari en Tanzanie. Le palais des merveilles a suscité mon intérêt et j’ai par la suite lu le livre d’Emily Ruete. Quelle vie fascinante!
    Plusieurs années plus tard, lors d’un voyage de rando à Oman, l’histoire m’a rattrapée, puisque c’est d’Oman que venait la famille d’Émily.

    Louise, de Montréal au Québec, qui aime aussi beaucoup voyager et randonner

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *