Connaissez vous Invader ?

Vous avez surement déjà aperçu à un angle d’une rue, généralement au dessus de la plaque signalétique de la rue une petite mosaïque colorée représentant un personnage de jeu vidéo. Mais saviez vous qu’il y en a plus de 3800 mosaïques dans le monde entier et qu’elle sont toutes l’oeuvre d’un seul artiste : « Invader » ?

Un invader à Marseille, quartier du Panier
Un invader à Marseille, quartier du Panier

Invader, de son vrai nom Franck Slama, pose le premier Space Invader dans une rue de Paris, près de la place de la Bastille en 1996.

Mais, « l’invasion » commence réellement en 1998, au point d’en dénombrer aujourd’hui 1440 dans la capitale.

La localisation des invader n’est pas du au hasard : les choix de l’artiste sont déterminés soit par l’importance touristique du lieu, pour provoquer et toucher un maximum de personne, soit à l’inverse dans des endroits plus difficiles d’accès incitant ainsi au jeu de piste…

Ces petites mosaïques représentent initialement un petit virus mutant sortie tout droit de l’univers des premiers jeux vidéo : le fameux Space Invader, jeux d’arcade datant de 1978 et développé par la société japonaise Taito.

Aujourd’hui, le répertoire des personnages s’étend de Star Wars (Londres, Djerba), à la Panthère Rose, ou Mega Man. À Hong Kong, ses œuvres évoquent les arts martiaux, a Versailles les rois de France.

Chacune des œuvres est unique et à l’aide d’une application « FlashInvaders » pour votre smartphone (Ios ou Android) vous pouvez chasser l’Invader à coté de chez vous ou à l’autre bout du monde. Attention, c’est très addictif !

Ce jeu de piste a ses fans, certaines parcourant le monde entier pour chasser l’invader. J’avoue m’être pris au jeu, 350 photos a mon actif à Paris, Lyon, Lille, Marseille, Malaga, Amsterdam. Mais je suis encore un tout petit joueur !

Petite collection …

En savoir plus

Un commentaire

Laisser une Réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.